Conférence sur la parentalité

conférence estime de soi 11-2017-page-001

Publicités

Avis aux amateurs de films et de gâteaux

GRIGNOTAGES-page-001

Nos bénévoles se sont surpassés cette année !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Atelier calligraphie

flyer calli-page-001

Café des parents du jeudi 9 novembre

café des parents 9-11-17 douces violences A4-page-001.jpg

Temps de rencontre et d’échange sur la parentalité ouvert à tous !

Marie-Laure Flajoulot explique ce qui vous attend :

« Selon le Nouveau Petit Robert 2009 :

Douce / Doux : qui est agréable aux sens (ouïe, odorat, toucher, vue…). Renvoie à quelque chose de positif.

Violence : force brutale ; forcer, obliger.

Douce Violence : l’association de ces deux mots est une figure de style appelée Oxymore qui vise à rapprocher deux termes (nom et adjectif) que leurs sens devraient éloigner. Cela exprime ce qui est inconcevable, absurde.

Christine SCHUHL associe ces deux termes pour nommer les gestes et les maladresses verbales de l’adulte envers l’enfant. Elle précise que « ce n’est pas de la maltraitance », mais que « c’est une sorte de ressenti immédiat que l’adulte va faire vivre à l’enfant sans forcément prendre conscience de ses conséquences ».

Ce sont des négligences des adultes où la volonté et le confort de l’adulte prennent le dessus sur celui de l’enfant.

Ce sont des instants où l’adulte n’est plus dans la relation avec l’enfant, où il « se laisse emporter » par un geste brusque, un jugement, un a priori, une étiquette…. Dans ces moments, les adultes se retrouvent bien malgré eux, à donner aux enfants qu’ils accompagnent un modèle de l’adulte qui est juste à l’inverse de ce qu’ils aimeraient transmettre.

Les douces violences, les paroles blessantes se jouent à travers les mots mais aussi dans toute la communication non verbale. Un soupir, un geste sec, un regard qui se lève vers le ciel, sont des moments éphémères où l’on ne considère plus l’autre.

Sans préméditation, ces gestes, ces paroles, ces regards, de manière répétée, s’inscriront dans le patrimoine affectif de l’enfant. C’est pourquoi il est important de les repérer !

Où commence la douce violence et où se termine l’éducation ?

A travers une série de vignettes nous tenterons de repérer ces « douces violences » qui s’immiscent dans notre quotidien.

Le but du débat n’est pas de culpabiliser les parents mais de prendre le temps de s’arrêter pour regarder ces moments où les mots et les gestes dépassent la pensée, où la spontanéité et les a priori prennent le dessus, et d’ouvrir une réflexion sur ce qu’il est possible de mettre en place pour y remédier. »

 

 

Bilan du stage de Gestion mentale pour les enfants

STAGE DE GM-page-001

Deux groupes ont été accueillis les 30  et 31 octobre de 14h à 17h.

  • 12 enfants du CE1 au CM2
  • 12 collégiens et lycéens

Les apprenants ont travaillé sur les gestes d’attention, de compréhension et de mémorisation. A travers différentes activités et des supports variés, ils ont pu découvrir comment ils procédaient mentalement pour être attentifs, comprendre et mémoriser.

Le groupe des primaires

Premier jour  (intervenante : Ines)

Le travail a été orienté sur

  • comment fait-on pour être attentif ?
  • quand doit-on être  attentif ?
  • à quoi cela  nous sert-il d’être attentif ?

23224619_10213060509940635_380790236_o.jpg

A  travers différentes activités ludiques, les enfants ont pu répondre à ces questions par eux-mêmes et comprendre ainsi ce que c’est que d’être attentif. Ils ont pu découvrir qu’il fallait qu’ils s’appuient sur leurs cinq sens et que chacun pouvait procéder à sa manière pour être attentif !

23269662_10213060510020637_1084514590_o.jpg

La deuxième partie de la séance a porté sur le geste de compréhension. Ce travail n’a pas été facile pour les enfants car ils sont tout de suite passés à la mémorisation pour expliquer leur façon de procéder. Il a fallu passer de l’anglais au français pour leur faire comprendre qu’ils devaient d’abord  traduire et que chacun était libre de comprendre à sa façon  ! Ils ont pu se familiariser un peu plus avec ce geste à travers des exercices. Les dialogues pédagogiques collectifs leur ont  également ouvert d’autres portes, aussi petites soient elles, au geste  de compréhension !

23192188_10213060182532450_948693690_o.jpg

Il est important de noter que ce travail a été rythmé par des  pauses évocatives entre chaque activité et que c’est à travers les dialogues pédagogiques collectifs , que les enfants ont pu découvrir tout doucement comment ils procédaient pour être attentifs et comprendre.

Deuxième jour (intervenantes : Rajae et Ines)

Les enfants ont eu un peu plus de facilité car ils avaient gardé en tête les activités de la veille. L’accent été mis davantage sur le geste de mémorisation à travers des activités ludiques variées. En deuxième partie de la séance , nous avons opté pour de petits  groupes qui se sont révélés beaucoup plus faciles à gérer et cela nous a permis de mieux travailler avec les enfants. L’accent a été surtout mis  sur des dialogues pédagogues collectifs qui ont débouché sur de l’individuel du fait du petit nombre des  enfants. Nous avons pu, ainsi, faire mieux connaissance avec la langue maternelle pédagogique de certains enfants.

23270062_10213060505660528_630671287_o.jpg

En conclusion, au delà de l’énergie que nous y avons consacrée, ce stage sur deux après-midis,  nous a semblé intéressant et surtout utile aux enfants.

Le groupe de collégiens et lycéens

Premier jour (intervenante : Rajae)

Le travail a été conduit sur les gestes d’attention et de mémorisation. Les élèves ont pu s’appuyer sur des perceptions visuelles, auditives et tactiles pour les deux gestes. A travers les dialogues pédagogique en groupes, les élèves ont pu découvrir  ou redécouvrir leur langue maternelle pédagogique, c’est-à-dire leur façon de procéder mentalement.

La séance s’est  terminée par des échanges avec les candidats sur leur façon de procéder lorsqu’ils rencontreront ces  gestes  dans  l’avenir.

Deuxième jour (intervenante : Amina)

Les activités ont été menées sur les gestes d’attention et de  compréhension à partir de supports variés ; schémas en géométrie avec  énoncés sur le calcul de surface ; similitude entre le rectangle et le parallélogramme.

En français, les candidats ont travaillé sur une phrase en arabe  qu’ils ont évoquée et traduite en français ainsi que sur la compréhension d’un texte. Le but étant ici, bien sûr,  de découvrir comment chacun  fait mentalement pour comprendre. Là encore, ce travail s’appuie sur le dialogue pédagogique avec les candidats qui vient appuyer leur évocation.

Conclusion

En conclusion,  au vu du manque de pratique chez nos candidats, le travail de gestion mentale n’en est qu’à ses débuts, mais il nous semble qu’il peut s’avérer efficace à long terme, une fois cette gymnastique mentale installée dans leurs habitudes !

Perspectives

Nous  proposons de voir en interne, comment ces personnes peuvent être prises en charge sur un temps en accompagnement à la scolarité, pour enrichir leur vocabulaire et améliorer leur expression en français. Des entretiens individuels sont également à prévoir compte tenu des difficultés de certains apprenants. A voir avec les disponibilités des intervenantes et des candidats…

Prochains stages prévus : vacances de décembre. Dates à déterminer.

Bilan rédigé par Ines.

 

Halloween avant l’heure…

L’atelier bricolage d’Halloween a réuni une dizaine d’enfants autour de deux jeunes animatrices bénévoles, Camille et Hélénore. Nos artistes ont décidé de décorer nos locaux pour mettre tous nos adhérents dans l’ambiance d’ici à mardi en faisant des dessins sur le thème de la peur, des cartes fantômes, des masques têtes de mort et des chauve-souris.

22855647_407014629701510_217569894_n.jpg

 

En fin d’après-midi, déguisés et sur l’air de « Thriller« , la célèbre chanson de Michaël Jackson, les enfants se sont transformés en zombies pour attaquer la photographe !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous vous souhaitons donc un joyeux Halloween !